≡ 

 Blog >

Cataracte

Prologue ...

Étant fortement myope depuis toujours (-16 et -12 dioptries), je n’ai connu du monde que ce qui se passait derrière mes épaisses lunettes.
Passé l’âge canonique des 60 ans, voilà que ma vision a commencé à jaunir puis à devenir trouble, essentiellement sur l’œil droit, celui à plus forte myopie.
Diagnostique évident : cataracte, c’est-à-dire opacification progressive du cristallin, la "lentille" naturelle qui est, sous la cornée, devant la pupille. Remède : une intervention en salle opératoire avec extraction du cristallin et remplacement par un implant.
Évidemment il suffit de donner à l’implant la courbure convenable afin de compenser ma myopie ... et le miracle s’accomplit.

J’écris ce papier au fur et à mesure des interventions sur les deux yeux, car je vais passer par des phases transitoires très fugaces qui vont rapidement être oubliées.

Jeudi 19 mars 2009 : intervention à l’œil droit

J’y suis, le "grand" jour est arrivé ... pas vraiment d’appréhension, plutôt de la curiosité. Entrée en clinique (Les Martinets à Rueil Malmaison) le matin, préparatifs, passage en salle opératoire vers 10h30 où m’attendent mon ophtalmo (Dr. Guez) et le chirurgien (Dr. Boulakia).
Anesthésie locale par des gouttes dans l’œil, pose d’un appareil pour tenir la paupière ouverte, l’opération va commencer sous la lumière d’un microscope et tout en dialoguant avec le chirurgien qui me dit ce qu’il va faire et comment placer mon œil.
On ne ressent strictement aucune douleur, et on ne voit strictement rien : la pupille est dilatée et la lumière du microscope envahit tout le champ de vision. On voit tout juste des ombres quand le chirurgien intervient et masque la lumière.
Je résume : on fait une petite entaille dans la cornée, on détruit le vieux cristallin aux ultrasons (on entend bien le sifflement aigu de l’outil), on aspire les débris, on nettoie, on rince, on pose l’implant (le nouveau cristallin) et on pose un fil du suture de l’entaille. C’est fini.

Il est 11h30, je suis de retour dans la chambre avec un coquille en plastique transparent qui protège mon œil opéré : la vue est trouble aux deux yeux (sans lunettes, l’œil gauche est myope et l’œil droit est derrière un bout de plastique), mais il y a une chose frappante que je vérifie en masquant les yeux alternativement avec ma main : les couleurs que l’œil opéré voit ne sont plus les mêmes !!!

Tout au long du retour vers la maison j’observe le choses et les paysages, qui deviennent de plus en plus nets, avec cet œil nouveau : tout est plus "bleu" qu’auparavant, les blancs sont plus ... blancs (je ne sais pas comment dire, moins gris ... moins jaunes) les verts sont plus denses, moins délavés.
La suite de la journée est un peu pénible : passé l’effet de l’anesthésie, la coupure de la cornée "brûle" comme toute blessure qui fait mal pendant sa cicatrisation : c’est pas bien grave, la coque empêche heureusement de se frotter l’œil et de tout casser et un peu de paracétamol soulage la douleur ...

Vendredi 20 mars : mais que tout est plus grand !

Me voila affublé d’une coque devant l’œil droit et des lunettes par-dessus pour y voir clair avec l’œil gauche : quel tableau !!!
Rendez-vous ce matin chez l’ophtalmo pour une vérification : tout va bien, il faut attendre quelques jours pour que la cornée retrouve sa place et que la vision devienne nette, la correction apportée par l’implant me permettra de bien voir au loin ...
Ça alors ! Moi qui n’a jamais bien vu au delà du bout de mon nez !

Un dilemme se pose : faut-il corriger l’œil gauche pareillement (et je serai presbyte comme toutes les personnes âgées) ou faut-il sous-corriger afin de voir de près avec l’œil gauche ?
L’ophtalmo dit que c’est faisable : le résultat dépend de la capacité du cerveau à accepter les deux vues différentes. Il faut faire des essais pour voir (c’est bien la cas de le dire !)
La coque est enlevée (je la remettrai juste pour dormir) : je commence à mieux voir avec l’œil opéré. Mais quelle surprise !!!
Je mets les lunettes et je regarde avec l’œil myope la tête de l’ophtalmo : mesurée avec ma main devant moi, elle fait deux doigts de haut. Je la regarde sans lunettes avec mon œil opéré ... elle fait trois doigts de haut !

Tout est devenu plus grand !!!

Bien sûr, cela s’explique facilement avec les lois de l’optique, mais quel changement : en 24 heures mon œil droit voit plus clair et plus grand ... un monde nouveau, en somme !
Le reste de la journée, je le passe en diverses activités en alternant "avec/sans lunettes" (vision avec l’œil gauche, vue trouble avec l’œil droit, et inversement). C’est fatigant ... le soir venu je suis épuisé comme si j’avais fait un déménagement !

Samedi 21 mars : monocle

C’est clair, je ne vais pas continuer comme hier ... De bon matin je me fais amener chez l’opticien et je fais enlever le verre droit des lunettes de façon à y voir clair à chaque œil.
Maintenant j’ai au moins deux images nettes, l’œil opéré retrouvant petit à petit une vision correcte : mais alors, quel casse-tête ... comme prévu la vision du nouvel œil est plus grande, les deux images se superposent, je perds un peu l’équilibre.
De suite, l’utilisation des lunettes "pour voir de près", donc moins corrigées, paraît plus supportable : on va voir comment ça ira au bout de la journée.

Dimanche 22 mars : patience ...

Tout se passe pour le mieux : l’incision à l’œil droit opéré ne fait plus mal et sa vision revient lentement. Effectivement il voit bien de loin, au-delà de mon bras tendu : en deçà c’est trouble.
Et tout est vu comme au travers d’un verre poussiéreux ... un peu de patience, j’espère que cela va s’arranger dans les prochains jours.

Lundi 23 mars : ce n’est pas vivable !

En attendant d’opérer l’œil gauche, il faut trouver une solution pour vivre décemment ... avec un œil myope et un œil qui maintenant commence à bien voir au loin (il y a encore quelques bulles et quelques voiles).
Sans correction de l’œil myope ce n’est pas possible, on ne tient pas, mal au crâne ...
Avec le verre correcteur gauche sur la lunette c’est tenable mais je suis complètement déstabilisé : le cerveau reçoit deux images nettes, une environ 50% plus grande que l’autre. Imaginez, je vois un objet ... habitué à le voir en tant que myope, il est grand donc je me dis "il est ici, je peux le prendre", je l’attrape avec la main ... raté, il était plus loin ... je ne vous dis pas des marches d’escalier ... à la montée je tape dedans avec la chaussure ... à la descente j’hésite à poser mon pied ... ce n’est pas vivable, je vous le dis !!!

J’appelle en urgence mon ophtalmo qui me passe des échantillons de lentilles afin d’atténuer le défaut d’agrandissement des lunettes : je vais faire des essais avec différents dioptries pour voir si je pourrais éventuellement avoir l’œil gauche qui voit correctement de plus près que le droit. On est encore a temps pour faire livrer l’implant gauche qui me conviendrait mieux ...
Demain, lentilles au menu de la journée ...

Mardi 24 mars : du mieux !

Donc, la lentille ... J’ai commencé par une -7,5 puis une -8 dioptries : pas bien, l’œil gauche voit net entre 20 et 40cm alors que le droit (opéré) voit net au delà d’environ 1m50. J’ai donc une plage floue très gênante ...
Avec une lentille -9 dioptries c’est beaucoup mieux : l’œil gauche voit net entre 50cm et 1m environ. Au-delà, ça commence à devenir flou mais aussitôt l’œil droit prend le relais : le résultat global est remarquable et devrait être formidable sans les imperfections visuelles qui restent encore sur l’œil opéré.

La lentille provoque une réduction des images d’environ 10% : je vois donc deux images légèrement différentes mais ceci paraît être bien toléré par le cerveau (il est midi au moment où j’écris ces lignes et j’ai la lentille depuis ce matin ... tout va bien, merci).
En dessous de 50cm tout est flou, donc difficile de lire et surtout de travailler à l’écran de l’ordi ... mais j’ai une très gentille femme qui a bien voulu me prêter une paire de ses lunettes de presbyte !

Mercredi 25 mars : ça va, ça va ...

J’ai tenu hier toute la journée, jusqu’au coucher, avec la lentille -9 : pas de problème, même si ce n’est pas parfait, ça permet de vivre normalement (avec les lunettes de presbyte pendues au cou).
Alors aujourd’hui je persiste ... je vais essayer ce que ça donne en conduisant la voiture : c’est pour moi très important de valider "vue de loin" et "lecture du tableau de bord" sans devoir mettre et enlever des lunettes.

J’ai fait un peu de conduite, sans aucun problème, je vois au moins aussi bien qu’avant avec des lunettes !!!
Mais ... il y a un mais ... je vois bien que c’est un seul œil qui "travaille" à la fois, le gauche pour voir de près, le droit pour voir de loin ... je ne sais pas si c’est valable à long terme ...
Demain je vois l’ophtalmo pour un contrôle et décider de l’opération à l’œil gauche : je vais aborder ce "détail" ...

Jeudi 26 mars : alors, docteur ?

Visite de contrôle : l’œil opéré a maintenant 5/10 d’acuité visuelle et se retrouve moins astigmate qu’avant l’opération. Les petites bulles et voiles qui subsistent, finiront par se résorber : on ne sait pas si, à la fin, l’acuité s’améliorera car cet œil était très myope et le cerveau doit apprendre à "traiter" les images nouvelles. Mais c’est déjà magnifique comme ça !!!

Donc on peut envisager l’intervention sur l’œil gauche pour jeudi prochain : on discute de la correction à donner à cet œil et son avis est de ne pas déséquilibrer les deux yeux de façon à avoir au moins une zone de vision nette sans correction. La bonne perception d’ensemble est donnée par les deux visions simultanées qui, additionnées, font mieux que séparément.
J’aurai besoin de lunettes pour voir de près (lecture et travail à l’ordi) et on verra, une fois que tout sera stabilisé, peut-être des verres très légèrement progressifs pour corriger l’astigmatisme résiduel (mieux voir très loin) et voir net jusqu’à environ 1m.
Pour avoir la même vision aux deux yeux, on se basant sur celui qui est fait (-16 de myopie naturelle -> +4 d’implant) j’avais fait le calcul que le gauche (-12 de myopie naturelle) a besoin d’un implant +8 ... et c’est bien ce que l’ophtalmo a prévu ...

Vendredi 27 mars : les couleurs

La première chose qui m’a frappé en ouvrant mon œil opéré, était la différence des couleurs que je découvrais : cela est dû à la cataracte et, actuellement avec un œil qui doit encore être opéré, je peux comparer les deux "visions".
Dès la semaine prochaine, avec la deuxième opération, je perdrai ce "privilège" ... je vais donc essayer de vous montrer ce que je vois.

J’ai tracé deux rectangles à l’ordinateur, un blanc et un de couleur : j’ai appliqué à ce rectangle une couleur telle que, vue avec l’œil sans cataracte, soit la même que celle vue dans le rectangle blanc par l’œil avec cataracte. Voici le résultat :

JPEG - 23 ko

A gauche, ce que voit l’œil gauche avec cataracte, comme étant du blanc ; à droite, le même blanc vu par l’œil droit opéré ...

Lundi 29 mars : fainéant ...

Samedi, dimanche et lundi avec lentille : c’est agréable de bien voir sans lunettes sur le nez ... ça me fait tout drôle, j’ai aussi l’impression que les autres me regardent différemment ...
L’œil opéré se porte bien et voit bien au loin ... sauf si je fixe mon regard et je cherche à voir les détails, la vue se trouble, comme si des légers voiles se mettaient à flotter : il se "fatigue" bien vite !
Par ailleurs, je m’aperçois que c’est l’œil gauche (avec lentille) qui pilote la vision, même au loin : il suffit d’observer un objet pas trop éloigné, puis de masquer un œil avec la main pour trouver lequel des deux voit l’objet à la même place.
C’est peut-être dû au fait que l’œil gauche voit mieux que le droit depuis toujours, et que donc mon cerveau est habitué à traiter la vision à partir de l’image fournie par celui-ci : et il continue comme ça, même si maintenant l’œil droit voit mieux (au loin) que le gauche avec lentille !
Mon œil droit est un gros fainéant !!! Il va pourtant falloir qu’il s’y mette, car à partir de jeudi il va être tout seul à bosser pendant un petit moment ...

Mercredi 1 avril : myopie, c’est fini !

Et oui ... c’est mon dernier jour de myope ... ça me fait quelque chose ... le premier geste du matin, chercher ses lunettes ... les lentilles avec leur cortège de produits d’entretien ... les paysages toujours un peu flous ...
Mais il y avait un avantage que je vais perdre : pour voir les écritures minuscules, pour faire les microscopiques réparations ... il suffisait d’enlever les lunettes et de s’approcher ! Avec les -12 dioptries de mon œil gauche encore myope, sa "mise au point" se fait à 8,5cm de distance ... je regarde une dernière fois les lignes de mes empreintes au bout de mon doigt ... adieu !!!

jeudi 2 avril : fiat lux ... et la lumière fut !

Retour à la clinique ... bloc opératoire ... le chirurgien et mon ophtalmo arrivent ... on discute sur Venise, Capri, la Tunisie, le soleil quoi ... je demande si le microscope peut faire des prises de vue de l’intervention (ça aurait été bien pour illustrer cette chronique), dommage, il n’est pas équipé de l’option nécessaire.
Encore une fois tout se passe de manière indolore : cette fois-ci c’en est vraiment fini de ma myopie !!!

Retour à la maison, l’incision à la cornée picote (mais moins que pour le premier œil ... déjà l’habitude ?) et je passe la plupart du temps avec les yeux clos : par ailleurs, ça me gêne de les ouvrir ...
Je suis ébloui, aveuglé par toute la lumière que je reçois : avec un œil opéré c’était déjà frappant, mais deux yeux qui voient clair c’est insupportable !!!

Vendredi 3 avril : je vois sans lunettes !

Ce matin, brouillard : tout est dans l’ouate, tant mieux, ça agresse moins mes yeux tout neufs.
Ça tient du miracle, mais j’ai peu de voiles devant l’œil gauche, opéré hier : résultat, avec l’aide de l’œil droit, je vois ... je vois ... je vois !!!

Bien sûr, ce n’est pas encore parfait mais je vois correctement au loin sans lunettes, je dirai mieux que je n’ai jamais vu avec des lunettes !
Visite de contrôle chez l’ophtalmo qui me confirme qu’on a du mal à voir que l’œil gauche vient d’être opéré ... mais dans tous les cas il faudra attendre 1 à 2 mois pour que tout le système de vision se stabilise.
En attendant, il me conseille de me procurer en pharmacie une paire de lunettes-loupe pour pouvoir lire et écrire : la vue à moyenne et longue distance est bonne sans aucune correction et on verra donc plus tard pour mes lunettes définitives qui corrigeront l’astigmatisme qui restera.

Aussi vite dit, aussi vite fait : me voilà donc dans la rue en train d’admirer Saint-Germain-en-Laye derrière mes lunettes de soleil : et si j’ai besoin de lire un papier, j’enfourche mes nouvelles lunettes-loupe ... elle est pas belle la vie ?

Samedi 4 avril : la transformation

En quatre images ...

JPEG - 28.7 ko
JPEG - 31.1 ko
JPEG - 33.2 ko
JPEG - 35.1 ko
1 - Dernière
photo en myope
2 - Borgne ... entre
les deux opérations
3 - Plus myope,
plus de lunettes
4 - Comme les vieux,
pour lire le journal

Dimanche 5 avril : ça tient du miracle ...

Le rétablissement de la vision paraît plus rapide que la première fois et j’ai essayé tout un éventail d’activités habituelles dans ma nouvelle condition de "sans lunettes" : on s’habitue très vite à mieux voir, c’est un véritable plaisir, surtout de loin.
Je me suis même remis au volant ... c’est un vrai miracle ... je vois loin et je vois aussi le tableau de bord ... je peux conduire en toute sécurité SANS LUNETTES !!!

Pour les activités de près, j’utilise mes nouvelles lunettes-loupe : c’est efficace mais assez fatigant ... ça donne un peu de nausée, comme si on lisait en roulant. Je ne crois pas qu’il soit possible de lire un bouquin avec ... mais bon, je m’en contenterai en attendant d’avoir mes lunettes définitives pour la lecture.

Mardi 7 avril : 7/10 !!!

Visite de contrôle : la vision s’est encore améliorée ... et il paraît que à 8/10 on peut "officiellement" conduire sans lunettes ... impensable ! Prochaine visite dans 15 jours.

J’ai acheté des lunettes-loupe moins fortes (+2,5) qui me permettent de travailler sans avoir la tête qui explose le soir venu. Néanmoins, parmi les réflexes de myope que j’ai encore, deux ont du mal à disparaître :
- si je ne vois pas bien de près ... je m’approche encre plus, au lieu de m’éloigner,
- le cerveau n’a pas encore intégré la nouvelle dimension des choses ... la main tendue qu’on serre au passage d’un collègue, je la rate souvent,
- mais le plus troublant est le besoin d’enlever les lunettes sur un coup de fatigue, histoire de se détendre les yeux et le cerveau en se réfugiant un moment dans le monde opaque et lointain du myope ... je n’ai plus de lunettes à enlever et le monde autour de moi reste présent et continue de m’agresser !!!

Jeudi 9 avril : on s’y fait ...

Voilà, ça fait une semaine que je vis avec mes nouveaux yeux et déjà je commence à oublier comment je voyais les choses : les dimensions retrouvent leurs caractère réel, la lumière m’éblouit moins ...
Le plus coriace c’est, lors du réveil, l’impression que "normalement je dois tout voir flou" et qu’il faut quelques secondes avant de prendre conscience que j’y vois clair ...

Version imprimable de cet article Version imprimable

Commentaires

2 Messages de forum

  1. Cataracte

    Va falloir penser a changer la photo sur la premiere page ;)
    Si la vue trouble te manque tant, a défaut de culs de bouteille a retirer, tu peux essayer d’en vider quelques unes :p

    par Nico | 10 avril 2009, 20:56
  2. Cataracte

    Fantastique, nous sommes super content pour toi et toute la famille.
    Ce doit être merveilleux de se sentir de plus en plus jeune avec une vision que tu n’a jamais connu.

    Amitiés et A bientôt

    par bubu | 10 avril 2009, 23:11

Répondre à cet article


SPIP | | Plan du site | Réalisation : FAT78 (F. Filippini)