≡ 

 En chemin >

Messe des Nations

La Messe des Nations à l’Eglise St Bernard de la Chapelle

le 7 mars 2010

JPEG - 420.7 ko
JPEG - 329.4 ko
JPEG - 318.8 ko
Les couleurs, c’est ce qui m’a frappée en premier. Des couleurs vives, juxtaposées dans des tapis en soie, dans des bouquets de fleurs, dans les pétales éparpillés devant l’autel, dans les vêtements que portaient les femmes et les hommes venus de pays lointains.

Quand la Messe a commencé, ce sont les chants en une variété de langues différentes qui m’ont ravie.

PNG - 33.9 ko
Chantez, priez, célébrez…
Chantez, priez, célébrez le Seigneur, Dieu nous accueille, peuples du monde.
Chantez, priez, célébrez son nom, Dieu nous accueille dans sa maison.
...

Dieu nous accueille, peuple du monde annonçait en français le premier chant et vraiment nous étions tous là, représentants de cultures différentes, heureux d’être ensemble.

PNG - 31.7 ko
¡Señor, ten piedad ! (chant en espagnol)
Por todas las veces que solo buscamos nuestra felicidad, discriminando al pobre y al migrante : ¡Senor, ten piedad ! ¡Señor, ten piedad !
...

Pour toutes les fois que nous avons craint la diversité et divisé le monde par des barrières, récitait le deuxième chant en espagnol, Cristo piedad !

PNG - 33.6 ko
Glorié bon Die (chant antillais)
Glorie, glorie bon Die, Chante tou bon man, Glorie, glorie bon Die.
...

Glorié bon Die Ba nou l’espoir, demandait un chant antillais.

PNG - 32.4 ko
Dzeu fonleu hobichi (chant ivoirien)
Hân Yi DZEU Hân Bomi kale hân Ni Boudzé (bis)
Hân Yi DZEU Ka hy handzi gnoun, bi yè hansin
...

Au psaume un chant ivoirien offrait le travail, les souffrances et les douleurs de l’humanité à Dieu notre Père, Hâ Yi DZEU.

PNG - 32.7 ko
Cristo te necessita (chant colombien)
Cristo te necesita para amar, para amar. Cristo te necesita para amar.
No te importen la raza ni el color de la piel, ama a todos como hermanos y haz el bien.
...

Qu’importent les races et la couleur de la peau, aime tout le monde comme des frères et fais le bien disait un chant colombien.
Et cela a continué dans d’autres langues et tout le monde était enchanté de prier en musique en répétant avec les autres des mots souvent incompréhensibles.
Car le sens de la cérémonie à laquelle nous participions émus était notre union devant le Divin et notre joie partagée.
Peu importaient donc les paroles : le son des voix, accompagnait celui des instruments, du clavier, des guitares, du djembé, des grelots :

PNG - 33.1 ko
...
PNG - 31.9 ko
...
PNG - 33.3 ko
Alleluia, Ta Parole
(en français et italien)
Crédo
(en français)
Miede Kuku, miede kuku nawo Apeto
(chant Ewé, Togo)
PNG - 31.9 ko
...
PNG - 32.7 ko
...
PNG - 31.6 ko
Moin vini
(Antilles)
Nnong bifae
(Cameroun)
Santu Kembela
(Congo)
PNG - 34.3 ko
...
PNG - 31.9 ko
...
PNG - 34.1 ko
Gloire à Toi
(France)
Appâa pidâavé
(Tamoul)
La paix, oui la paix
(France)
PNG - 33.9 ko
...
PNG - 31.2 ko
...
PNG - 32.6 ko
Mawupe Alevi
(Togo)
Sa se pen lavi a
(Haïti)
Noi uniti a te
(Italie)
JPEG - 333.6 ko
JPEG - 273.2 ko
JPEG - 319.3 ko
JPEG - 372.6 ko
JPEG - 417.7 ko
JPEG - 382.4 ko

Le père Gianni Borin et les autres prêtres qui célébraient la messe avec lui, eux-mêmes habillés en couleurs de fête, ont accueilli les offrandes de fruits et de fleurs portées par un petit cortège multiethnique de fidèles et ensuite par trois filles tamoules qui plaçaient au pied de l’autel, avec de gracieuses ondulations de leurs bras, des pétales frais, des bougies colorées et de l’encens.

PNG - 32.2 ko
Yezu azali awa (Congo)
Yezu azali awa, Yezu azali awa, Yezu azali awa, na Biso. (bis)
Biso tokosepela, biso tokosepela, Biso tokosepela na Yezu. (bis)
Biso tokoligana, biso tokoligana, Biso tokoligana na Yezu. (bis)
Biso tokomona ye, biso tokomona ye, Biso tokomona ye na Lola. (bis)

Au chant d’envoi, tout le monde a entonné avec conviction : Biso Tokoligana, biso tokoligana, Biso togoligana na Yezu, aimons-nous dans le Christ.

PNG - 33.9 ko
La messe était finie mais la fête continuait : des tables sont apparues au fond de l’église couvertes de plats appétissants aux ingrédients parfois mystérieux dont tous les présents se sont empressés de se servir. Nous avons partagé le repas comme, dans l’évangile de ce dimanche, l’avait fait la foule qui, après avoir écouté la parole du Christ, a été nourrie des poissons péchés par les apôtres : dans la sérénité et l’abondance.

Quand tout le monde fut nourri, les fidèles, transformés en public, ont assisté à des danses tamoules faites par deux jeunes filles et par deux jeunes femmes : une expression spirituelle par les mouvements ritualisés du corps, un régal de grâce et de légèreté.

Et puis, encore de la musique et des chants par des jeunes de la Mission Catholique Italienne. Car nous avions tous psalmodié au crédo : Je crois en Dieu qui chante et qui fait chanter la vie !

Giusy Jouven


Version imprimable de cet article Version imprimable


SPIP | | Plan du site | Réalisation : FAT78 (F. Filippini)