≡ 

 Reportages >  Chemin de Compostelle >  @2018 : Reliegos - O Cebreiro >

@ Préparation Compostelle an9

Chemin de Compostelle - An9 - Préparation

(ci-dessous, descriptifs du parcours glanés sur le net)

Jour 0 : Marly-le-Roi -> Carrion de los Condes
JPEG - 360.2 ko
an9-j1-michelin
JPEG - 231 ko
an9-j1-pombo
JPEG - 39.7 ko
an9-j1-denivelé
Jour 1 : Reliegos > León (24km dont 6km en car)

Parcours :
— 8h : messe au couvent des Soeurs Philippenses à Carrion de los Condes
— 9h : récupération de la voiture de location
— 9h : départ en car de Carrion de los Condes jusqu’à Mansilla-de-le-Mulas (74km - on saute la partie Reliegos - Mansilla)
— 10h : Mansilla, départ de la marche jusqu’à Arcahueja (10km)
— 13h : arrêt de 2h pour picnic et lectio à Arcahueja - église Santa Maria (demander accessibilité au porche)
— 15h : Arcahueja, marche jusqu’à León (8km)
— 18h : arrivée à León, installation
— 19h : diner, dodo
- Curiosités : ...
- León : ...


Logistique :
- Point de picnic + lectio
— Arcahueja - église Santa Maria
- Pas de ramassage par le car
JPEG - 179.3 ko
carte1 avec points
JPEG - 86.7 ko
Torres del Rio (plan)
JPEG - 207.8 ko
Torres del Rio (église)
JPEG - 261.8 ko
Ermita del Poyo (plan)
JPEG - 266.6 ko
Ermita del Poyo
JPEG - 143.1 ko
na1110-km71
JPEG - 282.5 ko
an7-j2-carte michelin
JPEG - 210.2 ko
an7-j2-carte pombo
JPEG - 510.3 ko
an7-j2-carte sigpac
JPEG - 21 ko
an7-j2-denivelés
Jour 2 : Viana -> Navarete (21,5 km)

Parcours :
- Le chemin passe par Navarete après 3 heures de marche (12,2km) après Logroño. A partir de Logroño (400 m d’altitude), de petites montées progressives ...
- On pénètre à Logroño par un pont de pierre sur l’Ebre (1884) et on traverse la ville sur les pavés de l’antique rue Vieja où se situent de vieilles maisons de caractère. sur cet artère on pourra s’arrêter au n° 32 où est localisé un refuge pèlerin mis en place par la municipalité. Cette belle rue aboutit à l’église de Santiago el Real sur la façade de laquelle s’inscrit, dans une énorme niche, un Santiago el Matamoro (Saint Jacques vêtu en pèlerin brandissant un sabre recourbé et chevauchant un fringant destrier qui foule aux pattes les têtes des Sarrazins vaincus. a l’intérieur de l’église (gothique du XVIe, on retrouve sur le retable principal un saint Jacques ... pacifique ! Sur la place, jouxtant l’église, on verra la fontaine des pèlerins à laquelle on accède par des marches sous un fronton armorié.
- En quittant Logroño on découvre le Parlement de la communauté de la Rioja (place du Parlement justement) qui occupe l’ancien Convento de la Merced (couvent de la Grâce) harmonieusement surélevé au-dessus de la façade renaissance dont le cloître est devenu un beau salon de délibérations. Antérieurement ce bâtiment servit d’hôpital, de caserne et de fabrique de tabac. Avant de quitter la vieille ville, le chemin passe sous une lourde porte en plein cintre surmontée d’un épais frontispice sculpté dans un reste de muraille, la Puerta del Camino ou Puerta de Revellin. On traverse ensuite le gracieux parc du Pantano après une sortie pesante de Logroño (87 hectares de plantations autour d’un lac de 32 hectares aménagé il y a un siècle. Juste après la traversée de l’autoroute A68 on remarquera les ruines d’un ancien hôpital de Saint Jean d’Acre fondé en 1185 (On retrouve l’ancienne porte de ce bâtiment 2 km plus loin à Navarete).
- Navarete est la ville des potiers avec ses maisons blasonnées et son atmosphère médiévale. Sur la Calle de la Cruz et sous des couverts, un chapiteau roman représente un combat de chevaliers provenant vraisemblablement d’une chapelle disparue. Sur la place on remarquera un petit Santiago Matamoros dans sa niche. L’église monumentale de la Asuncion est du XVI e siècle, elle abrite l’un des plus beaux retables baroques de la Rioja et dans la sacristie, un triptyque flamand est attribué à Rembrandt. A la sortie de Navarete, le portail roman du cimetière est celui provenant de l’ancien hôpital de Saint Jean d’Acre comme nous l’avons évoqué plus avant ... D’influence mozarabe, il présente cinq voussures sur colonnettes dont deux denticulées au-dessus desquelles se trouve un oculus d’une rosace en arabesques. Le tout est surmonté d’une croix sur un chapiteau représentant l’habituel combat de chevaliers. Ceux qui se trouvent sur les colonnettes évoquent des scènes de la vie quotidienne des pèlerins.


Logistique :
- Point de picnic + lectio
— au km 10, à Logroño, autour de l’église de Santiago el Real
- Point de ramassage facultatif par le car
— au km 16, à l’entrée du "Parque de la Grajera" (6 km avant Navarete : il sera, peut être, préférable de prendre un peu de temps pour voir Logroño, et de raccourcir l’étape à 16 km, l’approche de Navarete se faisant le long des routes et autoroutes)
JPEG - 265.6 ko
carte2 avec points
JPEG - 132.6 ko
Logroño (plan)
JPEG - 245.3 ko
Logroño Santiago (plan)
JPEG - 284.2 ko
Logroño Santiago
JPEG - 68.3 ko
Parc Grajera (plan)
JPEG - 235 ko
an7-j3-carte michelin
JPEG - 139.6 ko
an7-j3-carte pombo
JPEG - 295.1 ko
an7-j3-carte sigpac
JPEG - 18 ko
an7-j3-denivelés
Jour 3 : Navarete -> Najera (16,5 km)

Parcours :
- Le point culminant de l’étape se situe au col de l’Alto San Anton (670m). À partir de là on redescend jusqu’à Najera localisé à 485 m.
- En arrivant à Najera (venant d’un nom arabe signifiant "lieu entre les rochers") le pèlerin pourra découvrir l’actuel pont sur la Najerilla datant de 1886 et qui a remplacé celui à sept arches qu’avait construit au XIIe siècle San Juan de Ortega. L’église Santa Cruz, dont les fondations datent du XIIe siècle, possède un portail du XVIIe et abrite une sculpture gothique du Christ sur les eaux. Le panthéon de Santa Marie la Réal mérite l’attention : la statue que l’on découvre aujourd’hui dans la grotte est gothique tandis qu’une vierge romane est dans le cœur ; la légende stipule qu’en 1044 le roi don Garcia, chassant la colombe, la trouva dans une grotte, en vie et en paix avec un faucon qui la poursuivait, tous deux en arrêt devant une statue de la vierge ... Les bâtiments sont du XVe et du XVIe siècle : le panthéon royal contient une trentaine de sépultures avec gisants ; le plus important est celui de la reine Blanche de Navarre, petite fille du Cid. De nombreuses scènes jacquaires sont figurées dans les stalles, dans le cœur, dans les sculptures du Claustro de los Caballeros (cloître des chevaliers) également riche en tombes.


Logistique :
- Point de picnic + lectio :
— en cas de mauvais temps, on peut anticiper la Lectio à Ventosa (km5) autour ou dans l’église San Saturnin, sinon la Lectio se tiendra après le picnic
— picnic au km 8, dans la descente du Alto de San Anton au croisement de la N120 avec le chemin (s’il fait mauvais temps, il y a un pont sous la N120 qui peut nous abriter pour le picnic)
- L’étape étant courte, pas de point de ramassage par le car.
JPEG - 239.8 ko
carte3 avec points
JPEG - 65.9 ko
Alto San Anton (plan)
JPEG - 323.3 ko
Alto San Anton (vue1)
JPEG - 283.2 ko
Alto San Anton (vue2)
JPEG - 53.9 ko
Eglise Ventosa (plan)
JPEG - 202.9 ko
Eglise Ventosa (vue sat)
JPEG - 146.9 ko
Eglise Ventosa (vue 1)
JPEG - 163.2 ko
Eglise Ventosa (vue 2)
JPEG - 220.2 ko
an7-j4-carte michelin
JPEG - 264 ko
an7-j4-carte pombo
JPEG - 321.5 ko
an7-j4-carte sigpac
JPEG - 26.6 ko
an7-j4-denivelés
Jour 4 : Najera -> Santo Domingo de la Calzada (21,2 km)

Parcours :
- Plus de 20 km sont à parcourir pour atteindre Santo Domingo de la Calzada sur un chemin qui n’a rien d’historique car ce dernier est devenu la nationale 120 ... (comme beaucoup de chemins d’ailleurs qui, d’historiques sont devenus route). Cette étape nous permettra de découvrir les communes d’Azofra (6,4 km après notre départ) et Ciruena (après 15,5 km) sur un parcours, somme toute, très plaisant.
- Dénivelé : de Najera (485m) à Santo Domingo on monte quelque peu mais sans souci surtout à partir de Azofra où le chemin monte légèrement et régulièrement pour atteindre Ciruena à 753 m. On redescend alors vers Santo Domingo dont l’altitude est de 639 m.
- À Azofra, l’église actuelle, dont la tour carrée se dresse en sentinelle, a sur son maître-autel une image de saint Jacques pèlerin et aussi une statue de saint Martin de Tours. Il reste à la sortie du village une Fuente de los Moros, fontaine des roumieux (ceux qui étaient déjà allés à Rome). On ne manquera pas de s’arrêter un instant aussi pour découvrir, parmi les vignes, "Le Rollo de Azofra" (rouleau) situé sur notre chemin à droite et un km après la sortie d’Azofra et qui est une borne ancienne du XVIe siècle qui servait bien sûr d’indicateur de chemin mais pouvait exprimer aussi un symbole de justice en rappelant l’existence des piloris.
- En ralliant Santo Domingo de la Calzada vous allez découvrir un "haut lieu de pèlerinage" et il faut souhaiter que vous soyez arrivés tôt dans la journée pour bien apprécier la visite de la cité.
- La cathédrale renferme le tombeau de Santo Domingo. Très composite elle conserve ouverte sur le déambulatoire, son abside romane aux chapiteaux historiés, elle est de style gothique avec un maître-autel Renaissance. C’est dans cette cathédrale que vous pourrez voir la poule vivante (et chantante très souvent), derrière une grille ouvragée, qui rappelle le miracle du "pendu-dépendu", légende si souvent évoquée sur bon nombre de retables tant en France qu’à l’étranger
- En quittant la cathédrale vous admirerez face, à elle, l’ancien hôpital reconstruit au XVIe siècle et qui abrite désormais un parador national, vous pourrez aussi mettre vos pas sur la plaza Mayor bordée des arcades de l’hôtel de ville localisée au cœur de la cité. La maison de San Domingo abrite une auberge de pèlerins gérée par une confrérie qui existerait depuis le XIIe siècle !!!
- Vous pourrez aussi visiter l’église de San Francisco datant de 1569 et le couvent de Bernardas localisé calle Mayor (1609). Il reste au N.O. de la ville un fragment de l’enceinte fortifiée en pierre de taille du XIVe siècle.


Logistique : cette étape pose deux problèmes, un = le désert des vignobles de la Rioja, il y a pas un arbre à perte de vue, deux = il faut arriver tôt à Santo Domingo pour en profiter un peu ...
- Point de picnic + lectio
— en cas de mauvais temps, on peut anticiper la Lectio à l’église de Azofra (km 6) sinon on fait la Lectio après le picnic
— picnic au km 8, au croisement entre le chemin et la LR207 au niveau de l’échangeur avec la A12, quelques centaines de mètres au sud il y a un bosquet en bordure de la LR207 (et il n’y a pas d’autres abris sur des kilomètres !)
- Point de ramassage par le car
— au km 16, à la sortie de Ciruena, à l’embranchement du chemin avec la LR204 il y a un dégagement où le car peut stationner (il faudra choisir ... faire les 5 km restants de l’étape ou voir un peu plus de Santo Domingo)
JPEG - 229 ko
carte4 avec points
JPEG - 93.4 ko
Azofra église (plan)
JPEG - 248.9 ko
Azofra église
JPEG - 52 ko
LR207 croisement picnic (plan)
JPEG - 209.2 ko
LR207 croisement (vue)
JPEG - 223.9 ko
LR207 picnic (vue)
JPEG - 75.1 ko
Ciruena ramassage (plan)
JPEG - 160.1 ko
Ciruena ramassage (vue)
JPEG - 272.3 ko
an7-j5-carte michelin
JPEG - 245.7 ko
an7-j5-carte pombo
JPEG - 395.6 ko
an7-j5-carte sigpac
JPEG - 28.5 ko
an7-j5-denivelés
Jour 5 : Santo Domingo de la Calzada -> Belorado (23 km)

Parcours :
- Étape de 25,1 km en empruntant la déviation de Corporales (conseillée au marcheur) ou de 23,5 km si on opte pour longer la N 120 avec les nuisances sonores que cela entraîne. Les deux parcours se rejoignent peu avant Granon et son église (localisée à 8,6 km ou 7km selon le parcours choisi) Redecilla del Camino (Premier village de la province de Burgos) se découvre 3,8 km après puis vient Viloria de Rioja en marchant 4 km de plus ; 5,5 km avant Belorado, nous traverserons Villamayor del Rio. Nous sommes alors à moins de 2h de la fin de l’étape.
- Dénivelé : étape sans grand souci, on part de Santo Domingo situé à 639 m d’altitude pour arriver à Belorado localisé à 772 m. La montée est très progressive donc sans difficulté !
- En arrivant sur Granon on découvrira au milieu d’une chênaie la chapelle baroque Nuestra Senora de Carrasquedo qui date du XVIIe siècle et qui renferme une très belle collection d’ex-voto peints correspond bien à l’esprit de la Rioja. La calle Mayor de la cité garde quelques vestiges anciens. L’église Saint Jean-Baptiste du XIVe siècle est ornée d’un retable Renaissance aux sculptures de toute beauté restaurées en 1993.
- À Redecilla del Camino on pourra découvrir un ancien hôpital à encorbellement, des maisons blasonnés, une église du XIVe siècle avec, sur son portail, une vierge regardant passer les pèlerins et, sur un bénitier du XIIe siècle, l’image sculptée de la Jérusalem céleste.
- Le village de Viloria conserve les fonts romans sur lesquels Santo Domingo aurait été baptisé. Ses maisons sont typiques avec ses pans de bois cohabitant avec le torchis.
- En entrant dans Belorado vous aurez tout loisir de découvrir successivement une fontaine médiévale, puis l’Ermita Santa Maria de Béléen (Béthléem) avec son clocher-mur à trois pointes sur l’emplacement d’un ancien hôpital mentionné en 1175. Au cœur du village vous serez sur une place à arcades côtoyant la grande église San Pedro. Derrière celle-ci se situe la vieille église Santa Maria à l’ombre de la montagne coiffée de son château et percée de grottes d’anachorètes.


Logistique : étape qui s’annonce "horrible" car presque toujours le long de la N120 !
- Point de picnic + lectio :
— au km 11, autour de l’église de Redecilla del Camino
- Point de ramassage par le car :
— au km 18, à Villamayor del Rio, parking sur le coté droit de la N120 (les 5 km suivants du chemin jusqu’à Belorado longent la N120, avis aux amateurs !)
JPEG - 292.6 ko
carte5 avec points
JPEG - 73.2 ko
Recedilla Eglise (plan)
JPEG - 283.2 ko
Recedilla Eglise (vue)
JPEG - 67.9 ko
Villamayor ramassage (plan)
JPEG - 233.6 ko
Villamayor ramassage (vue)
JPEG - 177.2 ko
an7-j6-carte michelin
JPEG - 232.2 ko
an7-j6-carte pombo
JPEG - 428.1 ko
an7-j6-carte sigpac
JPEG - 34.7 ko
Jour 6 : Belorado -> San Juan de Ortega (24,3 km)

Parcours :
- Étape de 24,4 km qu’on va raccourcir à environ 20 km en nous faisant déposer par le car à Tossantos pour le départ de la marche. Après nous marchons 2 km pour atteindre Villambista puis 1,7 km après nous arrivons à Espinosa del Camino. À partir de là il nous faudra environ 1 heure pour rejoindre Villafranca Montes de Oca. De cette dernière localité nous serons à 12,6 km de San Juan de Ortega.
- Dénivelé : étape qui grimpe progressivement depuis le départ et dont la montée s’accélère à partir de Villafranca Montes de Oca pour atteindre la Puerto de la Pedraja située à 1150 m d’altitude. Puis, le chemin redescend doucement jusqu’à San Juan de Ortega (1000m).
- A Tossantos on aperçoit à droite les murs du sanctuaire de la Virgen de la Pena, creusé dans la montagne ; la statuette de cette vierge du Pic est du XIIe siècle.
- Au centre de Villambistia, la chapelle désaffectée était dédiée à saint Roch. L’église San Esteban, dominant le village sur son replat, conserve l’ancien retable de San Francisco de Belorado.
- A Espinosa del Camino, statue romane et polychrome de San Indalecio, évangélisateur présumé de la contrée.
- Dans l’église paroissiale de Villafranca Montes de Oca (XVIIIe) on pourra découvrir un bénitier qui est une énorme coquille ramenée des Philippines ainsi qu’un Ecce Homo attribué à Juan de Mena. Cette église abrite aussi deux statues de Saint Jacques dont l’une avec un reliquaire aménagé dans la poitrine.
- Puis on arrive à San Juan de Ortega comprenant une auberge et quelques maisons autour d’une église classée monument national, construite vers 1150 : c’est tout et c’est pourtant prodigieux ... Il s’agit là d’un haut lieu tant par l’altitude certes (1000m), que par la splendeur du paysage et par l’architecture du petit cloître de marbre rose jouxtant le refuge, merveille de simplicité et d’harmonie. La nef de l’église et le transept à fenêtres géminées sont romans d’origine, de même que la crypte et le cénotaphe très dépouillé du saint. A côté se dresse un somptueux tombeau, merveille d’art funéraire roman qu’un comte de ses amis, le sachant au plus mal, lui avait destiné. Pourtant Juan de Ortega, plein de lucidité et d’humilité préféra la pierre nue, le tombeau resta vide ... On pourra voir également les scènes de la vie du saint taillées dans la pierre à l’intérieur de la chapelle "isabelline", le retable de bois sculpté, le baldaquin gothique fleuri, orné de gueules de dragons et les riches ferronneries retrouvées dans les ruines du monastère San Jéronimo.


Logistique :
- Départ en car :
— au km 4, dépose des pèlerins à Tossantos pour le départ de la marche
- Point de picnic + lectio :
— au km 12, autour de l’église de Villafranca-Montes-de-Oca
- Point de ramassage par le car :
— au km 19 (5 km avant l’arrivée), sur la N120 au niveau de l’Ermita de Valdefuentes
JPEG - 189.6 ko
carte6 avec points
JPEG - 57.7 ko
Villafranca Eglise (plan)
JPEG - 304.5 ko
Villafranca Eglise (vue)
JPEG - 53.2 ko
Ermita Valdefuentes (plan)
JPEG - 153.4 ko
Ermita Valdefuentes (vue1)
JPEG - 107.8 ko
Ermita Valdefuentes (vue2)
JPEG - 229.3 ko
an7-j7-carte michelin
JPEG - 312.9 ko
an7-j7-carte pombo
JPEG - 440.3 ko
an7-j7-carte sigpac
JPEG - 34 ko
an7-j7-denivelés
Jour 7 : San Jaun de Ortega -> Burgos (26 km)

Parcours :
- Agés est à 3,7 km après notre départ. On passe à Atapuerca puis on atteint le Col de Termino de Atapuerca (Matagrande) : vous avez alors parcouru 8,5 km. Une heure plus tard, en passant par Villalval, vous serez à Cardenuela Riopico (+3,9 km). Vous pouvez aller ensuite vers Castanares puis Cartuja de Miraflores, à moins que vous n’optiez pour un parcours passant tout droit par Vilafria avec la perspective d’accomplir 8km au travers des paysages industriels ...
- Dénivelé : de 1000 m à San Juan de Ortega on asse à 860 m à Burgos : une étape sans dénivelé conséquent donc sans grande difficulté.
- À la sortie ouest d’Agès, on passe à 10 m du pont que construisit, sur le rio, Juan de Ortega ; cet ouvrage est abandonné, mais il est visible de notre chemin.
- À Atapuerca, l’actuelle Casa Hospital fut précédée d’un hôpital pour les pèlerins qui fonctionna jusqu’au XVIIIe siècle.
- Puis vous arriverez à Burgos en espèrant que vous vous serez ménagés suffisamment de temps pour bien visiter cette belle cité au riche passé. Énoncer d’une manière exhaustive tout ce que renferme cette superbe ville ne serait pas sérieux, nous citerons néanmoins la cathédrale bien sûr, incontestable "clou" de la visite de la cité, San Nicolas, tout à côté, gothique du XVe siècle, non loin de là San Esteban, bâtie de 1280 à 1350 avec sa façade gothique avec rosace enfermant de magnifiques tapisserie et un cloître ogival puis un peu plus loin, el Arco de San Esteban faisant partie des murailles et qui date du XIIe siècle dans un style arable, flanqué de tours du XIIIe siècle. Enfin vous vous devez de flâner dans ce vieux quartier est dominé au NO par l’ancien Castillo, château dont il reste des ruines et deux tours rebâties ; détruit par le feu il vit de plus en 1812 le siège des français par Wellington.


Logistique : étant donné tout ce qu’il y a à voir à Burgos et en sachant que les 8 derniers km ne sont que goudron et zones industrielles, ramassage par le car à Villafria pour gagner Burgos au plus vite.
- Point de picnic + lectio :
— au km 11, autour de l’église en ruine de Villalval
- Point de ramassage par le car :
— au km 18, à la sortie de Villafria le long de la route qui contourne les pistes de l’aéroport.
JPEG - 275.7 ko
carte7 avec points
JPEG - 71.7 ko
Villalval (plan)
JPEG - 146 ko
Villalval (vue)
JPEG - 110.5 ko
Villafria (plan)
JPEG - 173.4 ko
Villafria (vue)
Jour 6 : Burgos -> Marly-le-Roi

Deux fichiers pdf avec les hébergements

GIF - 37.3 ko
PDF - 1.1 Mo
Albergues en el Camino
PDF - 25.8 ko
Réfuges Camino Francès

Version imprimable de cet article Version imprimable


SPIP | | Plan du site | Réalisation : FAT78 (F. Filippini)