≡ 

 Reportages >  Chemin de Compostelle >  @2017 : Burgos → Reliegos >

28 octobre : Terradillo de los Templarios → Bercianos del Real Camino

La voix du pèlerin

Les pèlerins dans la nuit cherchent leur chemin.

Laudes au soleil levant dans les champs de Terradillos, pour fêter les apôtres Jude et Simon.

Lectio avec Cléophas, un disciple d’Emmaüs. Jésus leur a expliqué ce qui le concernait lui dans la Bible. De même à notre tour, en regardant notre vie seul ou à plusieurs, cela nous a permis de discerner la présence de Dieu et de nous relier à lui.

Puis nous avons marché le long des peupliers et de champs labourés pour pique niquer à « l’Ermita Virgen del Puente ». Là des tables nous attendaient comme à l’auberge d’Emmaüs.

En vue de Sahagun deux statues nous mettent en route vers la ville : la statue du roi Alphonse VI qui a placé à la tête de l’abbaye Bernard de Siderac moine de Cluny en 1080, et le saint protecteur de la ville. L’ordre clunisien fit beaucoup pour organiser le pèlerinage et le promouvoir dans l’Europe entière.

Après la ville, notre marche s’est achevée par un parcours un peu austère le long de la nationale 120.
Martine et Marie-Hélène


(Cliquer sur le diaporama pour afficher les photos en plein écran)
01

Départ de Terradillos de los Templarios au levé du jour

02

Laudes en pleine nature avant le village de Moratinos

10

San Nicola del Real Camino

11

Nous entrons dans la province de Léon ...

12

... en quittant celle de Palencia

13

Une pèlerine française qui a fait plusieurs étapes du chemin avec nous

20

Nous arrivons à ...

21

l’Ermita de la Virgen del Puente

40

Nous arrivons à Sahagun ...

41

... que nous allons traverser ...

42

... en admirant ses édifices

50

Nous quittons Sahagun ...

51

... par le pont sur le fleuve Cea

60

Notre auberge à Sahagun

61

L’église San Juan de Sahagun ...

62

... où nous célébrons la Messe


Lectio 6 - CLEOPHAS, l’homme qui ne chemine pas seul

Lc 24, 13-35

Le même jour, deux disciples faisaient route vers un village appelé Emmaüs, à deux heures de marche de Jérusalem, et ils parlaient entre eux de tout ce qui s’était passé. Or, tandis qu’ils s’entretenaient et s’interrogeaient, Jésus lui-même s’approcha, et il marchait avec eux. Mais leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître. Jésus leur dit : "De quoi discutez-vous en marchant ?" Alors, ils s’arrêtèrent, tout tristes. L’un des deux, nommé Cléophas, lui répondit : "Tu es bien le seul étranger résidant à Jérusalem qui ignore les événements de ces jours-ci". Il leur dit : "Quels événements ?" Ils lui répondirent : "Ce qui est arrivé à Jésus de Nazareth, cet homme qui était un prophète puissant par ses actes et ses paroles devant Dieu et devant tout le peuple : comment les grands prêtres et nos chefs l’ont livré et ils l’ont crucifié. Nous, nous espérions que c’était lui qui allait délivrer Israël. Mais avec tout cela, voici déjà le troisième jour qui passe depuis que c’est arrivé. A vrai dire, des femmes de notre groupe nous ont remplis de stupeur. Quand, dès l’aurore, elles sont allées au tombeau, elles n’ont pas trouvé son corps ; elles sont venues nous dire qu’elles avaient même eu une vision ; des anges, qui disaient qu’il est vivant. Quelques-uns de nos compagnons sont allés au tombeau, et ils ont trouvé les choses comme les femmes l’avaient dit ; mais lui, ils ne l’ont pas vu". Il leur dit alors : "Esprits sans intelligence ! Comme votre cœur est lent à croire tout ce que les prophètes ont dit ! Ne fallait-il pas que le Christ souffrit cela pour entrer dans sa gloire ?" Et, partant de Moïse et de tous les Prophètes, il leur interpréta, dans toute l’Ecriture, ce qui le concernait.

Quand ils approchèrent du village où ils se rendaient, Jésus fit semblant d’aller plus loin. Mais ils s’efforcèrent de le retenir : "Reste avec nous, car le soir approche et déjà le jour baisse". Il entra donc pour rester avec eux. Quand il fut à table avec eux, ayant pris le pain, il prononça la bénédiction et, l’ayant rompu, il le leur donna. Alors leurs yeux s’ouvrirent, et ils le reconnurent, mais il disparut à leurs regards. Ils se dirent l’un à l’autre : "Notre cœur n’était-il pas brûlant en nous, tandis qu’il nous parlait sur la route et nous ouvrait les Ecritures ?"

A l’instant même, ils se levèrent et retournèrent à Jérusalem. Ils y trouvèrent réunis les onze Apôtres et leurs compagnons, qui leur dirent : "Le Seigneur est réellement ressuscité : il est apparu à Simon-Pierre". A leur tour, ils racontaient ce qui s’était passé sur la route, et comment le Seigneur s’était fait reconnaître par eux à la fraction du pain.

Méditation pendant la marche

Ce soir-là, Cléophas et son compagnon marchent, fatigués, abattus. Ils pensent que tout est fini…

Sur le chemin, ils parlent au nouveau venu ; Cléophas et son compagnon lui racontent qu’on a crucifié Jésus. Ils avaient tant espéré que cette rencontre avec Jésus allait changer leur vie !

Du partage de la Parole … Jésus les écoute et prend le temps de tout leur expliquer, en s’appuyant sur leurs connaissances de la Bible et sur ce qu’ils ont vécu. Réconfortés, à la halte du soir, ils demandent à Jésus de rester avec eux. … au partage du Pain. C’est à la fraction du pain que Cléophas et son ami reconnaissent Jésus. Le discours de Jésus et la fraction du pain ouvrent leur cœur et leurs yeux. Dans la joie, ils retournent à Jérusalem pour témoigner. "Le Seigneur est vraiment ressuscité !"

- Comme Cléophas et son compagnon, j’ai vécu des moments de tristesse, de découragement, de perte d’espérance ?
- Si je prends le temps, seul ou avec d’autres, de relire ma vie, cela me permet-il d’y discerner la présence de Dieu ? De me relier à Lui ?


Version imprimable de cet article Version imprimable


SPIP | | Plan du site | Réalisation : FAT78 (F. Filippini)